Communiqués

Politique énergétique : La distribution unanime

31.05.2012 photo-1

La branche est unanime. Elle plaide d’une seule voix pour un modèle cantonal de valorisation de l’énergie. Elle propose la création d’une société de trading avec une forte implication des distributeurs régionaux. Nos membres occupent une position clé et agissent à plusieurs niveaux dans la chaîne électrique. 99% des consommateurs finaux sont clients de nos entreprises. L’implication de notre branche dans la mise en œuvre de la stratégie énergétique cantonale est essentielle pour sa réussite.

Les entreprises d’approvisionnement électrique occupent une position clé dans la filière. Aujourd’hui les distributeurs ont multiplié les activités et les compétences : gestionnaires de réseaux, fournisseurs, commerçants, négociants et conseillers. La loi place une responsabilité considérable sur les distributeurs en regard de tous les consommateurs, publics ou privés, ménages ou entreprises.

En tant que responsable de l’approvisionnement des clients en regard de la loi, et comme acteur essentiel dans la chaine de valeur ajoutée, le distributeur régional doit être intégré dans le processus du retour de concession. C’est une façon de garantir la continuité dans l’ensemble de la chaîne des valeurs de la prise d’eau jusqu’à la prise électrique du consommateur d’énergie électrique. En outre, le distributeur est légalement soumis à l’obligation d’adapter son réseau aux nouvelles capacités de production.

Notre Association estime que les distributeurs doivent participer sur une base volontaire à la constitution d’une plateforme commune à l’échelle cantonale pour traiter le commerce, la gestion et la fourniture d’énergie. Dans une première phase, ils continueraient d’assurer les relations pour la vente aux clients. Aujourd’hui, nos membres assurent déjà des prestations commerciales et multiservices. Une mutualisation progressive de ces services (call center, visites, facturation, services, produits, etc.) peut évoluer vers un système de plateforme commune.

Gestionnaire de réseau de distribution

55 gestionnaires de réseaux de distribution en Valais, c’est beaucoup. Pourtant la réalité sur le terrain n’est pas si morcelée. L’essentiel de la distribution est assurée par un petit nombre d’entités de taille importante. L’ouverture du marché a encouragé les distributeurs à regrouper leurs forces (outils informatiques spécifiques, gestions de groupes, bilans, etc.). Pour notre Association, la rationalisation de l’acheminement est prioritaire.

Le modèle idéal doit permettre une exploitation la plus rationnelle et efficace possible. L’objectif est de maintenir des réseaux fiables, performants, en mains valaisannes et qui offrent des coûts d’acheminement avantageux. L’AVDEL prend les choses en main et étudiera, par la mise en place d’un groupe de travail, toutes les pistes pour sa concrétisation.

Sécuriser les réseaux électriques

Selon le Conseil fédéral, la rénovation et l’extension du réseau électrique coûteront 18 milliards de francs d’ici 2050. Il rappelle que le réseau mis en place il y a 40 ans doit faire face à une consommation d’électricité qui a triplé sur la même période.

Pour notre branche, la stabilité du réseau est un impératif absolu. Entreprises et ménages ont besoin de courant 24 heures sur 24, en quantité et en qualité nécessaires ainsi qu’à des prix compétitifs. Pour ces raisons, notre Association soutient toutes les démarches qui visent à accélérer les processus d’autorisation, et salue la volonté du Conseil fédéral de vouloir limiter les possibilités de recours auprès du Tribunal fédéral.

Position incompréhensible des services fédéraux

L’AVDEL suit avec inquiétude les discussions au niveau des services fédéraux concernant la RPC. Ces derniers proposent de ne plus l’attribuer aux collectivités publiques ou aux entreprises qu’elles détiennent. Si cette mesure entrait en vigueur, la Confédération imposerait aux communes des charges qu’elle a elle-même mis en place.

A ce jour, l’immense majorité de la production renouvelable a été réalisé par les communes ou leurs distributeurs avec l’objectif de développer la production mais avec l’aide de la RPC. Si cette dernière n’est plus accessible pour les collectivités locales, le risque est grand de voir des investisseurs hors canton profiter des richesses naturelles valaisannes. L’AVDEL s’oppose avec vigueur à cette nouvelle menace contre notre canton et ses entreprises.

Progression de la consommation en 2010

En 2010, la consommation valaisanne totale a atteint 3.23 TWh, soit une croissance de 5% (CH : +4%). Hors grande industrie, la consommation des ménages, des services et de l’artisanat progresse régulièrement. Elle atteint 2.37 TWh en 2010. La progression est de 3.8%, proche de la tendance suisse

Elément nouveau dans le paysage électrique : le type d’énergie. Son marquage démontre l’attention que les distributeurs accordent à sa provenance. La part de l’énergie issue de production renouvelable passe de 23.5% en 2009 à 37.7% en 2010.

Toujours modestes (environ 1kWh sur 100 distribué), les nouvelles énergies renouvelables progressent. Leur part a bondi de 67% en une année (de 0.9% à 1.5%). Nous estimons que la tendance va s’accélérer grâce aux efforts des distributeurs. Non seulement ces derniers investissent dans ces types d’installations (photovoltaïque, éolien, turbinage d’eau potable, microcentrales, biomasse), mais ils encouragent aussi les particuliers à franchir le pas au moyen d’aides financières.