Communiqués

Le tournant énergétique est une chance

10.12.2012 photo-4

Sion – Le tournant énergétique voulu par le Conseil fédéral est une chance unique pour la Suisse, sa société et son économie. L’AVDEL et ses membres s’engagent pour transformer cette chance en réussite. Malgré le fort volontarisme dont fait preuve le Conseil fédéral, la stratégie proposée peinera à garantir la sécurité d’approvisionnement.

Le tournant énergétique présente une immense chance pour la Suisse. Dans un monde où l’énergie sera toujours plus rare, une société parcimonieuse disposera d’un avantage considérable. Le développement précoce dans notre pays de technologies et de savoir-faire peu énergivores placera l’industrie, les services et l’artisanat helvétiques dans une position d’avenir enviable. En particulier dans le domaine de l’électricité, cette réflexion de fond est une opportunité historique d’optimiser l’ensemble du système de production, de transport et de distribution.

Les distributeurs valaisans veulent relever le défi du tournant énergétique. Ils sont prêts à jouer leur rôle de proximité. Dernier maillon de la chaîne électrique, le distributeur a un contact privilégié avec les consommateurs finaux. Il peut mettre son expérience à profit pour influencer le comportement de ses clients. D’ailleurs nos membres remplissent déjà cette mission aujourd’hui, notamment par leurs activités de conseil ou encore de commercialisation de courant renouvelable.

Assurer le service universel

Le distributeur est responsable vis-à-vis de son client de garantir son approvisionnement électrique. Cette mission est confiée à nos membres par la loi. Pour la remplir, notre branche doit s’assurer de disposer du courant nécessaire. Du point de vue de l’AVDEL, la priorité d’une stratégie énergétique va à la sécurité d’approvisionnement, en termes de quantité et de qualité, ainsi qu’au maintien de prix compétitifs à l’avantage de nos clients. Il en va de la qualité de vie de la population et de sa prospérité économique. Sans énergie, tout s’arrête.

Stratégie peu convaincante

Selon notre association, la stratégie du Conseil fédéral se fonde sur des estimations discutables. A l’heure de la digitalisation, de la mobilité électrique et de la croissance démographique, présenter des scénarios de demande à la baisse nous paraît douteux. Aussi, il nous semble illusoire que l’autorité puisse décider arbitrairement par le haut des niveaux futurs de consommation de la société dans son ensemble.

La recherche d’efficacité est un but souhaitable en soi. Les distributeurs accompagnent déjà leurs clients dans ce type de démarche. Cependant, astreindre les entreprises d’approvisionnement électrique (EAE) à des objectifs contraignants ne fait pas de sens. Les clients finaux sont responsables de leur consommation. Nos membres refusent de jouer un rôle policier pour le compte des autorités fédérales.

La voie choisie pour la promotion des nouvelles énergies renouvelables (NER) est maladroite. Les subventionnements croisés créent des distorsions aux effets imprévisibles. Par exemple, le soutien financier européen aux NER influence fortement le modèle d’affaire de la production suisse de courant hydraulique. Résultat : au lieu de soutenir une source renouvelable qui couvre à elle seule près de 60% des besoins du pays, on y dissuade les investissements.

Pour une modernisation de la Suisse électrique

Pour l’AVDEL, le tournant énergétique ne sera réussi qu’à condition de s’insérer dans une modernisation concertée des capacités indigènes de production, de transport et de distribution d’électricité. Elle doit se baser sur des conditions cadres qui favorisent les investissements, sans jouer les modes de production les uns contre les autres ni augmenter de manière démesurée les prix pour les consommateurs.